jeudi 30 mars 2017

KINNIE LANE, LUMIÈRE A L'OMBRE DU SHOW-BUSINESS

Si, récemment, nous avons quelque peu freiné notre rythme de publication, c'est aussi et surtout que nous souhaitons vous soumettre des Artistes que nous pensons talentueux, des événements que nous croyons singuliers, ou des œuvres qui ont des choses à raconter. Après avoir parlé rap français pendant quelques temps, je vous propose d'opérer un changement de registre (radical, mais on aime ça chez Allglorious) en me focalisant sur Kinnie Lane, jeune chanteuse pop made in France signée chez MyMajorCompany. Son premier opus, fraîchement sorti, s'intitule V, prononcez Cinq. Pressons Play et découvrons, ensemble, ce qui a retenu mon attention.

Rentrons dans le vif du sujet. Certains trouveront peut-être la comparaison mal venue, et je m'en fiche pour tout vous dire, mais j'ai l'impression de retrouver sur V les ingrédients que j'ai apprécié sur le dernier album de Tiffany Alvord, jeune youtubeuse pop américaine : innocence, fraîcheur, malice et spontanéité. Il y a, dans la voix de Kinnie Lane, un charme fou. De la justesse, c'est certain, mais surtout une émotion et une candeur touchante que l'on peine à retrouver chez les chanteuses pop plus exposées. La jeune femme a bien fait de refuser The Voice et La Nouvelle Star, télé-crochets qui lui auraient, à coup sur, brisé les ailes et la personnalité, pour rester seule capitaine à bord.



Parmi les titres qui reviennent dans mon lecteur : « Je Te Suivrai », « Tes Ombres », « Heartbreaker » ou encore « Prochaine Partie ». Mais dans l'ensemble, tous les titres accrochent. On sent que Kinnie Lane a pris le temps d'écrire, de produire, pour donner à chaque pièce de cet album une certaine efficacité. C'est là tout l'avantage de ne pas être prisonnier des majors et de leurs mécaniques commerciales et c'est aussi ce que je souhaitais mettre en relief avec cette chronique. On retrouve ça et là, dans la pop de Kinnie, l'affinité Jena Lee ou l'influence Eskemo, formation pop-rock qui a révélé la jeune femme, sans que cela ne marque trop le disque.



Bon, j'ai peut-être quelques bémols à donner, mais c'est bien là l'éternel et immuable rapport chroniqueur-chroniqué alors je m'exécute. Le franglais est toujours aussi déstabilisant, je vous l'accorde. J'ai un peu de mal. S'il reste subtil sur V, gare à ne pas réveiller les vieux démons de la variété française ringardisée. Si l'album nous propose une homogénéité bienvenue, et par la même démontre que Kinnie Lane possède une véritable signature artistique, l'ensemble est un peu long et aurait peut-être pu s'avérer moins répétitif s'il avait été raccourci à dix ou onze titres.



Si la pop de Kinne Lane reste perfectible et peut - vous - paraître, au demeurant, quelque peu juvénile et ingénue en comparaison de ce que nous livrent les grandes radios, celle-ci force l'intérêt et l'admiration dès lors qu'elle s'impose tellement plus naturelle et ambitieuse. De surcroît, le potentiel et la débrouillardise artistique de cette jeune femme me laissent penser que la marge de progression est réelle. Un album prometteur, décomplexé, plein de fraîcheur et de lumière qui parachève cinq années d'engagement et de travail. Bravo !



Texte : Kevin (kevin@allglorious.com)
Visuels : Kinnie Lane

Rejoignez Allglorious.com sur Facebook :

Aucun commentaire: