jeudi 15 septembre 2016

DAMSO, BRUXELLES VIE !

Trêve d’illusions : en matière de hip-hop, j’ai depuis longtemps laissé la Hype me dépasser. Son avance est telle qu’elle n’est plus qu’un goguenard pixel à l’horizon. Avec ténacité, j’essaie de m’accrocher au wagon mais inévitablement je m’époumone. A cette heure-ci, beaucoup d’auditeurs de ma génération ont depuis longtemps lâché et s’ambiancent sur les web-radios consacrées aux glorieuses du rap, fin des années 90, début 2000. Mais le vieux con que je suis a encore de la ressource et mes recherches obstinées m’ont emmené en territoire belge, là où il semblerait que les choses se passent...

Les choses se passent et se passent même très bien en tout cas pour Damso, rappeur francophone estampillé 92.i et logiquement découvert, pour ma part, dans la queue de comète de Booba, au milieu des Kalash, Shay et autres Benash. Damso livre aujourd’hui un opus intitulé Batterie Faible, deux ans après une première mixtape autoproduite et quelques apparitions bien senties dont un freestyle dantesque sur Oklm avec ses acolytes. Ce premier album, très complet, lui ouvre les portes du succès, de la reconnaissance et replace la Belgique sur la carte des places fortes du rap-jeu en 2016.



Il est plutôt compliqué d’étiqueter le rap du natif de Kinshasa qui sait coucher sa prose sur une multitude de surfaces. Organiques : le déchirant « Amnésie » - traps : l’excellent « Bruxelles Vie » - électroniques : « Périscope » - ou mélodiques : l’entêtant « Beautiful ». Des nuances dans la forme mais aussi dans le fond avec une plume habile lorsqu’il s’agit d'ériger le texte en moteur, et beaucoup d’attitude lorsqu’elle doit épouser le beat. Damso a bien compris que l’Art de la punchline ne se résume pas à une seule tonalité : elle peut faire rire, elle peut blesser, surprendre, émouvoir… Une polyvalence qui l’honore et le distingue de ses camarades de la trap francophone.



Aucune production francophone n’avait jusqu’ici clairement retenu mon attention depuis l’avènement de Nekfeu dans l’hexagone. Hormis peut-être les derniers Shay, Caballero et JeanJass. Voyez donc où je veux en venir… Bruxelles vit ! Damso est arrivé dans mes oreilles grâce à Booba et s’y est logé grâce à son écriture éclectique, audacieuse et riche. Riche dans ce qu’elle emprunte à ses aînés comme dans ce qu’elle livre à son auditoire. Evidemment, tout n’est pas parfait mais Batterie Faible peut légitimement prétendre au titre de futur « classic » du rap belge. Imaginez ce que doit donner Damso une fois les batteries (re)chargées…



Texte : Kevin (kevin@allglorious.com)
Visuels : Damso

Rejoignez Allglorious.com sur Facebook :

Aucun commentaire: