lundi 26 novembre 2012

CHRONIQUE :
BOOBA - FUTUR

Manifestement, il n’est pas encore né le chasseur qui fera taire l’ours de Miami / Boulogne-Billancourt. Avec toute l’arrogance qui le caractérise depuis ses débuts discographiques en 1995, Booba n’a pas laissé le hasard choisir le nom de son sixième rejeton : Futur. Et si les anges de la belle-lettre ne se sont pas penchés sur son berceau, d’autres chimères bien moins catholiques mais tout aussi célestes ont veillé le couffin du petit dernier, qui devrait vite se faire les dents sur nos charts hexagonaux. Explications... Conçue en terres américaines, cette sixième progéniture a bénéficié d’un cadre de vie idéal pour grandir, sous le soleil de Miami et à quelques pas des bureaux du Maybach Music Group dirigé par l’impressionnant Rick Ross. A ce sujet, le climat floridien, tout comme la force de l’âge, les influences Dirty South ou encore le badge Universal Music ne sont pas les seules choses que Kopp et Rozay ont en commun : ils se partagent tous deux le micro sur « 1.8.7 ». Le couplet de ce dernier est propre, sans fioritures, un véritable cadeau à l’image des mesures comblées par 2Chainz sur le condescendant « C’est la vie »...

« Il n'y a pas de hasard dans l'art, non plus qu'en mécanique » disait Baudelaire. Aussi, je pense que l’intérêt porté par ces deux convives au projet Futur n’est pas anodin et confirme un peu plus l’ampleur du phénomène Booba, à l'échelle nationale et au-delà.

Le rêve américain, Hollywood… L’Artiste baigne dedans. Comme il le disait, dans une récente interview et avec ses propres mots : « Si demain le hip hop est en Chine… J’irais en Chine ». Mais c'est bien l'Oncle Sam qui focalise l'attention des acteurs du mouvement aujourd'hui, le rappeur a donc posé bagages près de son épicentre. Revanchard, il établit de constantes comparaisons entre France et Amérique : « Moi Spielberg, toi Pat Le Guen » lance t-il laconiquement dans « Pirates ». « Tu ressembles plus à Jenifer qu’à Lopez » déclame t-il dans l’outrecuidant « 2pac ». Une allusion au rappeur californien qui ne reste pas orpheline : « Nous c’est thug life, Izi, All Eyes On Me ». Les dinosaures du rap français n’ont plus de magie pour l’Artiste qui préfère se revendiquer des pontes du rap US, sinon se hisser à leur niveau. Il « remonte l’avenue des Champs en Dolorean », « Orienté par l’argent », il a « quelques repères ». A l’image des références cinématographiques qu’il invoque, Booba s’impose comme un blockbuster musical et en assume parfaitement les excès, financiers et moraux. Dans cette nouvelle existence « Hamilton le tweet » et « Rihanna le BBM ». Booba ne s'est pas inventé de vie ou de vécu. Il s’est naturellement adapté à ce nouvel environnement et restitue à son auditoire les étapes d’une trajectoire certes étonnante mais bien réelle. Tout simplement.

L’une des principales raisons de mon intérêt grandissant pour le personnage, et aujourd’hui plus que jamais ? Son aversion, souvent mal interprétée, mais parfaitement justifiée, pour le système français. Et je ne vous parle pas de haine racailleuse estampillée « Nique la F... » comme on peut l’entendre chez la plupart des emcees français. « Je ne me sens pas chez moi je pense que c’est ça que vous recherchiez » dit-il dans le très bon « Tout ce que j’ai », « Citoyen du monde, j’aime toutes les couleurs, toutes les nations » argumente t-il sur « Futur ». Booba n’as pas provoqué cette inimitié, il ne fait que rendre les coups. Comment ne pas le comprendre quand, moi-même, je sature de cet hexagone cabossé que je n’hésite plus à vilipender de la plume. Bien sûr, à ce niveau d'interprétation, je suis conscient d'avoir perdu quelques lecteurs, trop engoncés dans leurs convictions.

Cette sensation de rejet se matérialise également par quelques véhémences toujours plus franches envers la scène française et ses acteurs, qu’il fustige, pire, qu’il dénigre ! « Wesh Morray » et ses gimmicks d’interjection en est une parfaite illustration. Morceaux choisis : « Ils sont petits et faibles, perdus de vue… […] Faîtes des Planètes Rap, sucez, faîtes ce que vous voulez… ». Pour autant, Booba ne s’adresse pas à un rappeur en particulier. « Pourquoi le laisser surfer sur mon buzz… » dit-il d’ailleurs de Rohff quand on lui demande si ces punchlines lui sont destinées. Ceci dit, Booba, tel un animal impitoyable, n’hésite pas à égratigner gratuitement quelques « personnalités » sans ressources musicales à l’image de Willy Denzey. La plume est cinglante, le message l’est encore plus. Confortablement installé dans sa dolorean, une main sur le volant, le Futur en guise d’horizon, Booba ne distingue plus le visage de ses adversaires. Sa vitesse est telle que tout devient abstrait dans le rétroviseur : « Vont-ils rivaliser un jour ? Je n’en ai pas l’impression... » dit-il.

Il y a toujours quelques pièces accidentées dans un panier de fruits. Aussi, je citerais les morceaux « Tombé pour elle », « Maki Sall Music » et « O.G » comme principales insatisfactions du disque. Le premier devrait tout de même plaire aux amateurs de smooth-tempo qui ont trouvé en « Scarface », « Killer » ou encore « R.A.S », une gourmandise pour leurs oreilles. Ayant toujours un peu de mal à adhérer aux vocalises de Mala, je trouve « O.G » quelque peu difficile d’écoute et un peu plus brouillon que l’ensemble. Depuis Ouest Side, Booba éprouve quelques difficultés à remplir convenablement ses mesures. Véritables lacunes ou excès de suffisance : je penche pour la seconde option. A l’image d’un Ibrahimovic qui n’a nul besoin de courir pour s’imposer, Booba compense ses irrégularités syntaxiques par un magnétisme à toute épreuve. « Izi », c'est le mot…

Un petit aparté pour le titre « Kalash », en duo avec Kaaris, qui est, pour moi, le bijou incontestable de cette nouvelle mouture. Avec une rythmique quasi-similaire à celle de « Garde la pêche », Booba sort un peu de sa zone de confort et donne une autre couleur à son timbre. La présence de Kaaris est intéressante, les punchlines sont d’anthologie : « Moi et mes kheiy's, on part sur la Lune, amuses-toi bien en Meurthe-et-Moselle ». Un morceau efficace qui bénéficie, comme l’ensemble des titres de l’album d’ailleurs, d'un beat impressionant et d'une production de qualité, le duo Therapy - 2093 et 2031 - en virtuoses pygmalions.

Le manque de discernement du public français en termes de musique m’étonnera toujours. Peut-on vraiment couvrir d’éloges les prods retentissantes des Cash Money et autres Maybach Music Group en fustigeant, dans le même temps, l’entreprise Booba ? Cela me parait non seulement insensé mais grotesque dans le sens où Kopp verse également dans le « self-made man dirty south »… en français ! Et ce depuis 0.9, est-il nécessaire de le rappeler. « Puisque la vie n’est qu’une pute, je vais la traiter comme telle » : ainsi se résume la pensée Booba. Mais l’apparente vulgarité de celle-ci cache en fait un hédonisme vengeur qu’il convient d'interpréter correctement et qui font le charisme du personnage. C'est en tout cas ma lecture du style Booba.

Booba prolonge ses puzzles de mots et de pensées qu’il badigeonne généreusement d’egotrip et de résonantes nappes dirty south, pérennisant petit à petit cette pensée résolument moderniste. La déception Autopsie 4 est digérée, pour ma part en tout cas. Booba possède une avance conséquente sur tous ses concurrents et Futur intègre à présent le panthéon des albums dont on ne peut plus se passer. Visionnaire.

Booba - Futur
https://www.facebook.com/booba

Chronique proposée par Kevin
Contact : kevin@allglorious.com

37 commentaires :

psykotaku a dit…

L'album de booba futur pour moi est très inférieurs à son ancien album Lunatic ou sont passés les gros son street comme jour de paye, césar palace et autre, à la place de tout sa ont se tapent comme single pour l'album futur, des single formater pour les radios bobo pseudo représentatif du hip hop français. Pour moi l'album est décevant, booba veut plaire à un public plus large et ça se voit dans ses clips qu'il a balancés pour son album.

Anonyme a dit…

Tres bon article bien écrit :)
Je trouve Maki sall music et tomber pour elle vraiment de qualiter

Sa se voit que vous connaiser bien le personnage Booba et c vraiment cool

Kevin a dit…

Merci beaucoup :) ! Bonne écoute de ce nouveau disque !

Kevin a dit…

Merci pour ton commentaire Psykotaku. Je peux comprendre que l'album arrive à décevoir ceux les aficionados de l'album Lunatic. Mais au delà du simple débat j'aime / j'aime pas , je pense qu'il est intéressant d'envisager le disque dans son génie marketing d'une part et dans l'image qu'il renvoi de son auteur. Sous cette angle, "Futur" est à mon sens, bien au dessus de toutes les sorties françaises du moment. Merci encore pour ton avis et revient quand tu veux !

Anonyme a dit…

futur mieux que lunatic technique de flow varies beaucoupd'autotune un peu trop mais beaucoup de chant premier album ou il chante autant morceaux tout ce que j'ai c pas du drake mais je pense pour le futur il prendrat cette direction c qualité vocal lui permette de se passer de l'autotunes!meilleur punch line de tous les temps dans og(400ans esclavage aucun paybak c pas logique...)

Kevin a dit…

Merci pour ton commentaire, comme toi je pense qu'effectivement il prendra cette direction dorénavant ! Merci encore, reviens quand tu veux !

psykotaku a dit…

Kevin au niveau de ton article vu que tu parles de marketing j'aimerais savoir qu'est-ce que tu pence de la couverture de l'album? Par ce que moi j'ai du mal à voir le futur dans cet cover qui est totalement en incohérence selon moi avec le futur ou la vision du futur qu'il veut donner au public qui le suit.D'ailleurs au niveau de son album j'ai plus l'impressions qu'il m'est plus le markéting en avant avec ses singles grand public que son rap Streets qui a fait le succès de lunatic et d'autopsie 4.Artistiquement l'album n'est pas dans le futur......................

Kevin a dit…

Très bonne question. En ce qui me concerne, je ne pense pas que la pochette soit porteuse d'un message. Elle reste néanmoins tape-à-l'oeil avec sa typo rouge sur fond blanc, de sorte qu'on distingue correctement le mot Futur.

Pour le " street rap ", il faut bien comprendre que Booba adopte un style très américain. A Miami, les Rick Ross et autre emcees de ce type font le même genre de morceaux et ils s'adressent autant à la street qu'au grand public grâce à leur production de qualité. Le problème du rap français s'est qu'il dissocie encore le rap " street " du rap tout public. C'est aussi ce qui fait que Booba est en avance sur son temps, il a très bien compris cela.

Sebastien Decarpentrie a dit…

a

Sebastien Decarpentrie a dit…

J'ai bien aimé ta critique très complète malgrés que je ne sois pas du même avis que toi sur certains points. Premièrement le fait que tu sois du même avis que Booba sur ce désamour du système Français, je peux comprendre que de ton point de vue la France en général peut réduire à néant les désirs d'entreprendre enfin bref... mais sur Booba je le suis depuis Temps mort et si il y'a une chose qui m'énerve c'est quand il dénigre ce système Français, n'oublions pas que sans ce sytème cette économie ces radios Française, il ne pourrait pas vivre aussi aisément. Au niveau de l'album j'ai étais très déçu excepter le fabuleux tu pac le reste pour moi ne mérite que du format Autopsie mixtape. Donc comme tous bon fan qui soutiens l'artiste j'ai achetais l'album juste sur itunes. Salutations pour ton travail
Ps Je pense que après A5 c'est le dernier round et là je souhaite un grand Booba.

Kevin a dit…

Merci beaucoup pour ton avis Sebastien, d'autant plus que ton argumentation est pertinente ! Je ne sais si A5 sera le dernier tour de stade de l'Artiste mais nul doute qu'il s'attachera à sortir du circuit par la grande porte. Reviens quand tu veux et merci encore !

Anonyme a dit…

Bonjour,
Ton article est pas mal meme s'il me semble avoir déja-lu, les memes choses et que je n'apprend pas grand chose hormis le fait que tu kiffe booba à la mort comme des milliers de personnes.

Mon seul point négatif, est que lorsqu'un commentateur dit une chose qu'il pense négative de booba, on te vois intervenir pour "le pousser vers une pensée unique" comme si tu cherchais absolument à ce que les gens aiment booba par tout les moyens.

Je pense à mon gout que tu interviens trop au niveau des commentaires comme si tu était booba caché dérrière un pseudonyme et un blog.

Tu devrais laisser les gens dire ce qu'ils pensent de booba sans jouer les journalistes de Tf1 et de ne te contenter qu'a répondre aux questions posées par ton article.
Biensur, je dit cela en toute amitié mais tes interventions me gènent.
On aurait dit une sorte de propagande.
J'ai meme l'impression que tu ai fait ce blog consacré à booba uniquement pour avoir du buzz en éspérant que booba tombera dessus un jour et qu'il t'invite chez lui a miami.
Conclusion: laisse les gens libre de critiquer ou d'aimer à leurs guise et cesse d'ajouter ton grain de sel car ceux qui lirons cet article déja, n'aurons rien appris de plus, surtout s'ils l'ont déja entendu futur.
Et biensur, toutes les personnes intelligentes auront pu voir en ton article que tu fait parti de ces groopies de booba qui ne pourra qu'etre fièr de savoir que tu l'aime tellement que tu taffe pour sa promo gratuitement car crois le ou pas, il ne te donnera jamais un centime.
Bonne continuation quand meme en éspérant que tu saura respecter la liberté d'expression en ne censurant pas mon commentaire.

Signé Damien Lafrange.

Kevin a dit…

Bonjour Damien Lafrange..

Et merci pour ton intervention. Comme tu le vois je ne censure pas ton commentaire. Je ne le censure pas mais je ne le comprend pas pour autant. Tu sembles remettre en cause mon objectivité.. Je t'invite à consulter ma chronique du disque Autopsie 4 de Booba que je conclue laconiquement par "une catastrophe". Et si Booba lis ces lignes, il tombera forcément dessus.

En ce qui concerne mes réponses aux commentaires, cela t'a probablement échappé mais j'utilise des formules comme " ton argumentation est pertinente " ou encore " cela serait intéressant...". Autrement dit, je suis dans l'échange et non dans la redirection vers une "pensée unique".

A mon tour je me permet de douter de ta perspicacité et de ta crédibilité en tant qu'intervenant. Tu dis vouloir me répondre en toute amitié en m'insultant de " groupie ", je ne trouve pas cela très futé pour quelqu'un qui essai de manier la belle lettre.

Liberté d'expression oblige, tu es le bienvenu sur mon site et je publierai chacun de tes commentaires et cela même si tu mènes, toi aussi, une " propagande " pour maquiller ton avis négatif sur l'Artiste. J'ai écrit mon article avec passion, tu as rédigé ton commentaire avec dédain, je te le dis en toute amitié.

Kevin

PseudoSansFixe a dit…

Très bon article qui résume assez bien l'album. La fainéantise de Booba m'exaspère tout de même par moments. S'il prenait le temps de peaufiner la teneur de ses rimes comme il le faisait sur Temps Mort, il deviendrait vraiment impossible à rattraper.

Kevin a dit…

Tout à fait d'accord avec toi, Booba se repose assez facilement sur ses acquis parfois. Merci pour ton commentaire, reviens quand tu veux !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Ta critique est intéressante.
Cependant, je la trouve tout de même encore superficielle.
Ok l'album est propre, mais reste tout de même faible dans l’ensemble, mise à part quelques nouveautés, plus au niveau du flow que des productions.( 3/4 des instrus de l'album sont de therapy, ca devient lourd et difficile à écouter sur la longueur.)

Le seul moment ou booba était en avance et dans le futur, c’était pour 0.9
D'ailleurs personne a compris cet album à l'époque, ce qui est plutôt bon signe.

Pour moi, il n'y a aucune prise de risque dans ce nouvel album, booba reste sur ses acquis, sur ce qu'il sait bien faire. Comme tu le dis, beaucoup trop de suffisance.

Les seuls moments d'espoir sont:

- le feat avec kaaris, qui est la seule personne susceptible de faire bouger et avancer le rap français dans les prochaines années.

- A l'inverse de ce que tu penses, je trouve le feat avec mala très intéressant. Le flow et le sonorités de mala apporte ce coté frais et expérimentale qu'il manque dans cet album.

La conclusion que je tire de tout ca, c'est que le niveau du rap francais est très très bas.
Booba le survole sans forcer et on pense qu'il est dans le futur..

Danny

Kevin a dit…

Merci pour ton commentaire Danny ! Je suis on ne peut plus d'accord avec ta conclusion qui résume bien les évènements depuis la sortie de 0.9. Espérons que le niveau du rap français se relève pour qu'il oblige Booba à sortir un peu de sa zone de confort. Je pense l'Artiste capable d'élever encore son rap, sous réserve, comme tu le dis, que ses challengers mettent eux aussi les bouchées double. Merci encore, tu es le bienvenu sur Allglorious.

Segur François a dit…

Booba est dans un autre délire depuis 0.9 c'est sur. Lunatic était vraiment a chier et celui là a part 2-3 titres un peu fun, il est a chier aussi.

D'ailleurs, je comprends pas l'engouement que peu avoir des musiques sorties récemment par Booba quoi. Pigeon, tombé pour elle, killer .. quel immondice !

Y'a rien a faire, j'arriverais pas a évoluer en meme temps que lui. Sur ce je repart sur ces anciens albums, feat des années 1990-2000.

F.S

Segur François a dit…

Booba est dans un autre délire depuis 0.9 c'est sur. Lunatic était vraiment a chier et celui là a part 2-3 titres un peu fun, il est a chier aussi.

D'ailleurs, je comprends pas l'engouement que peu avoir des musiques sorties récemment par Booba quoi. Pigeon, tombé pour elle, killer .. quel immondice !

Y'a rien a faire, j'arriverais pas a évoluer en meme temps que lui. Sur ce je repart sur ces anciens albums, feat des années 1990-2000.

F.S

Kevin a dit…

Merci pour ton commentaire F.S ! Je comprend ceux qui évoluent avec lui (c'est mon cas même si, évidemment, je préfère l'ère Lunatic / temps mort) comme je peux comprendre que ce soit difficile pour d'autre. Merci en tout cas pour passage sur Allglorious et à très vite !

Kuma a dit…

QUOI ? J'ai ressenti tout l'inverse; FUTUR est bcp moins accessible que "Lunatic", bien plus sale et plus racailleux

Kuma a dit…

C'est une blague ? J'ai ressenti le contraire; l'album est bcp moins accessible que Lunatic, plus racailleux, plus sale, plus "street"

Kevin a dit…

Merci pour ton commentaire Kuma. Il est intéressant d'observer les différents ressentis sur l'album !

Kuma a dit…

Le seul moment ou booba était en avance et dans le futur, c’était pour 0.9



Merci je pensais être le seul à le penser

brian rongeat a dit…

Moi j'écoute Booba depuis le début de sa carrière est franchement j'aime tout ce qu'il fait, c'est le seul qui change de flow et de thème dans tout ses albums, aucun se ressemble. Je pense que c'est grâce à ça qu'il est toujours d'actualité et qu'il reste numéro 1. Personne d'autre peut faire des morceau reggae, chanté ect.. C'est vraiment un artiste complément. Très sincère dans les interviews ! Je comprend pourquoi beaucoup d'artiste le jalouse et se font du buzz grâce à Kopp. Dès qu'un petit truc est fait sur Booba que ce soit pic, clash, insulte, fans ou parodie, la vidéo ou article a des milliers voir des millions de vues ! Il a bien raison "Ne compare pas le météore et les astéroïdes"
Sinon très bonne article, pour une fois que l'ont vois que le journaliste connait vraiment l'univers de Booba ça fait plaisir.

brian rongeat a dit…

Moi j'écoute Booba depuis le début de sa carrière est franchement j'aime tout ce qu'il fait, c'est le seul qui change de flow et de thème dans tout ses albums, aucun se ressemble. Je pense que c'est grâce à ça qu'il est toujours d'actualité et qu'il reste numéro 1. Personne d'autre peut faire des morceau reggae, chanté ect.. C'est vraiment un artiste complément. Très sincère dans les interviews ! Je comprend pourquoi beaucoup d'artiste le jalouse et se font du buzz grâce à Kopp. Dès qu'un petit truc est fait sur Booba que ce soit pic, clash, insulte, fans ou parodie, la vidéo ou article a des milliers voir des millions de vues ! Il a bien raison "Ne compare pas le météore et les astéroïdes"
Sinon très bonne article, pour une fois que l'ont vois que le journaliste connait vraiment l'univers de Booba ça fait plaisir.

Jérôme 44 a dit…

D accord egalement , par contre le flow est mieux travaille et plus varie sur futur que sur les autres albums (meme si on sent l inspiration du flow a rick ross par moment et la phase "i know pablo, norieaga the real norieaga qu il remplace par mollah omar lol).FUTUR est super fort musicalement meme si j ecoute que du hip hop us d habitude.

Kevin a dit…

Merci beaucoup pour ton commentaire Brian, ça fait vraiment plaisir ! Reviens donner ton avis quand tu veux !

Anonyme a dit…

franchement, très bon article de ta part et les critiques des intervenants sont toutes pertinentes.
Booba ne se force pas depuis plusieurs années.
Les flows employé son bons, mais niveau thèmes et lyrics c'est du recyclages de ses anciens opus. c'est dommage.
Autre point : Dans un soucis d'ambiance et d'homegeneité , il y a beaucoup de prod de therapy mais c'est lassant à force.
et perso Mala n'apporte rien en concert avec ses back foireux et il en va de même pour son feat sur OG (textes inaudible).
en Resumé ya quelques sons qui sortent du lot. note : 13/20.
ps: pour le bien du game j'espere que la concurrence , si elle existe, va hausser le niveau. Esperons que l'album de Rohff poussera Booba à remettre la pression sur A5.
see ya

Anonyme a dit…

Un article de très bonne qualité, surement meilleur que l'album lui même!
Les titres où il n'utilise pas le vocoder se comptent sur les doigts de la main et je trouve ça vraiment dure!
J'ai eu une pensée pour Jay-z : Get back to rap, you T-Paining too much.
Concernant son aversion pour le système français, je trouve que tu en parles de façon beaucoup trop noble, à mon sens ça fait un bail qu'il est dans l'entertaiment pur... D'ailleurs gros plus pour ses nombreuses punchlines et gimmicks que l'on découvre comme des pépites d'or dans cet ensemble vaseux.
Et entièrement d'accord sur Kalash qui sort du lot et contient sa meilleure "la chatte à" de l'album!
A quand la chronique sur Kyoto de Joke? que je trouve bien meilleur dans l'ensemble.
Merci pour cette chronique.

Kevin a dit…

Merci beaucoup pour ton commentaire ! Tu anticipes correctement puisque effectivement je suis sur Joke depuis lundi et l'écoute s'avère très intéressante ! J'espère mettre ca en ligne bientôt pour que tu puisse me donner ton avis également ! Reviens quand tu veux !

Kevin a dit…

Merci beaucoup pour ton commentaire ! Comme toi et même si je ne suis pas très fan de Rohff par exemple, j'attends beaucoup de ce dernier, par souci d'objectivité et ne serait-ce que pour élever la niveau de la "compétition" ! Reviens quand tu veux sur le site !

Dyson ArtWork a dit…

Je suis entièrement d accord avec ça, il se repose sur ses acquis et va vers la facilité niveau textuel, notamment avec les insultes, les répétitions de rimes ou les citations de marques et si il pauffinnait plus ses rimes et travaillait autant le fond que la forme il serait vraiment intouchable.
Malgré un peu de brouillon dans cet album globalement c'est pour moi une réussite, il innove et livre de l originalité .
Dyson

Abd Al Malick a dit…

Trés bonne réponse Kevin, une repartie légendaire pour un anti-Booba qui est de mon avis un pro-Rohff(et oui on ta demasqué toi qui bosse pour Rohff). je salue ta trés bonne critique et surtout ta belle plume. Booba reste et resteras a jamais et sa pour un bon moment le Boss du rap game et cela je le dis avec toute objectivité meme si en tant que fan de Booba je ne suis pas un adhérant de son dernier album "Futur" que je trouve largement inférieur à "Lunatic". Merci de ta franchise Kevin et continue avec ton blog et tes analyses pertinentes.

Kevin a dit…

Merci beaucoup Abd Al Malick pour ton commentaire et ton soutien ! Ca fait plaisir, reviens quand tu veux donner ton avis, sur Booba ou un autre Artiste. Big up a toi !

Anonyme a dit…

J'aime beaucoup Booba , mais comment fait-il pour écrire un texte comme couleur ébène et 6 ans plus tard écrire "wesh Morray"

Alors oui son album est génial d'un point de vue marketing, mais bordel faudrait peut être arrête de passer sous son bureau, parce que niveau punchline c'est d'une nullité sans nom,

C'est incroyable tout le monde semble vouloir encenser Booba alors qu'il fait clairement de la daube, alors qu'il a pourtant le niveau pour faire des tueries

Mais à 36 balais, écrire "la chatte à ton père " la chatte à ta grand-mère " , c'est pas un peu ridicule ? ....

Kevin a dit…

Merci pour ton commentaire ! Ton avis se défend même si je ne suis pas forcément d'accord avec toi sur toute la ligne. Merci en tout cas et reviens quand tu veux !