dimanche 1 avril 2012

WASSUP CANADA ? :
ENTRETIEN AVEC END OF CRISIS

Allglorious inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique. Ayant établi des correspondances musicales avec le Canada et ayant un pied et une oreille sur place - merci à mon brother Pierrick - je vais désormais et régulièrement vous présenter quelques jeunes loups du pays. Première formation à s’être prêtée au jeu des questions-réponses du site : End Of Crisis, groupe originaire de Montréal et évoluant dans un registre mélodique - hardcore musclé. Le combo revient, pour Allglorious, sur sa jeune histoire ainsi que sur « Cycles » : leur nouvel album qui sort demain. End Of Crisis vous livre également une information exclusive concernant une collaboration présente sur ce nouvel opus. Un entretien à ne pas manquer et à partager donc...

Pouvez-vous présenter End Of Crisis pour ceux qui ne vous connaissent pas, ici, en France ?
Tout à commencé en 2005, dans le garage de notre batteur. Nous n’étions qu'une bande d'ados qui s'amusait une fois par semaine. Le premier album que nous avons écrit à vu le jour pendant l'été 2009 sous le nom de « For Better Days ». Nous n’étions alors qu’un groupe local. Par contre, nous commencions à tourner en Ontario, au Canada. En Novembre 2010, alors que nous revenions d'un spectacle, notre guitariste, qui roulait dans un autre véhicule, a eu un accident fatal. Une heure et demi après l'accident, nous apprenions que notre ami ne reviendrait jamais de son sommeil. Depuis cet événement, qui bouleversa tous nos vies, nous avons décidé de poursuivre autant que nous le pouvions, malgré la dépression que ce décès nous apporta. Dans un sens, la poursuite du projet fut une espèce de thérapie collective, pour réussir à reprendre le dessus, ainsi qu'une manière de rendre hommage à notre frère décédé.

Pouvez-vous expliciter le nom de votre groupe ainsi que celui de votre album ?
End Of Crisis nous est venu à l'esprit une journée d'été lorsque nous « brainstormions » sur un nom de groupe. Chacun apportait des idées et, du coup, l’un de nous amena le nom d'End Of Cycle en s'inspirant de sa machine à laver. Nous voulions un nom avec plus d'impact et une signification profonde, donc nous avons fini par ajouter Crisis. Le nom de notre nouvel album « Cycles » est en fait une question de circonstances puisqu'il nous semblait être le nom idéale pour définir l'ensemble des morceaux, ainsi que l'idée du « loop » et d'existentialisme. La couverture de l'album est en fait, à l'origine, une photo provenant d'Évry en France, elle a été prise par Olivier Perrin.

Le court teaser posté sur Internet dévoile un morceau qui joue entre le métalcore mélodique avec un solide encrage hardcore, quelle étiquette donneriez-vous à votre musique ?
Nous décririons notre style ou son comme du mélodique hardcore, nous touchons un peu au métal également et la guitare apporte un coté « Djent » ou « Bouncy ».

La scène métalcore, partout dans le monde, est ultra-saturée. Qu'est ce qui vous différencie des autres groupes selon vous ? Quel est le petit « + » offert par End Of Crises ?
Notre énergie en concert est contagieuse, nous faisons de la musique par passion et raison de vivre. Notre musique semble accessible. Nous essayons d'offrir une touche mélodique toute en comptant sur sa brutalité et son intensité.

L'année 2012 verra probablement les prémices de la disparition du disque physique. Êtes-vous serein en tant que musiciens avec cette évolution des habitudes de consommation de la musique ?
La technologie et l'Internet sont des outils de communication qui facilitent la vie des gens. L'ère digital apporte une certaine commodité aux groupes puisqu’elle leurs offre la possibilité d'être accessible au reste du monde. Le téléchargement, selon nous, n'est pas une mauvaise chose. L’important, au bout du compte, c’est que les fans encouragent un groupe qu'ils aiment à leurs façon, soit en allant les voir en concert, en achetant un T-shirt, etc. Nous pensons qu'il est toujours important d'offrir notre album sous format physique. Posséder une copie de l'album d'un artiste est plutôt un acte symbolique, de la même façon qu'acheter un livre ou un film.

La presse française ne soutient pas toujours les groupes français, est-ce différent chez vous, vous sentez-vous soutenus par les médias locaux ?
Nous avons quelques critiques ici et là sur des sites de métal, des magazines musicaux ou politique comme « Hardtimes.CA ». Plusieurs acteurs de la presse locale comme « MétalJunkieTV » ou le festival « POP » Montréal nous ont donné la chance d’être vu et entendu. Il est évident que notre couverture médiatique est minime puisque nous sommes toujours indépendants. Nous sommes, en fait, charmé d'avoir la chance de communiquer avec la France et l'Europe.

Connaissez-vous des groupes français qui évoluent dans votre registre ?
Un groupe qui semble bien se débrouiller : ce sont les boys d’As They Burn. Leur genre est plus métal que le notre, mais reste que la brutalité semble appartenir à la même ligue. Nous aimerions connaître de plus en plus de groupes locaux français. Peut-être qu’un jour nous viendrons jouer dans vos villes, qui sait ! Certains de nos amis dans Blind Witness ou Despised Icon ont déjà joué sur en Europe.

Que peut-on souhaiter à End Of Crisis pour cette année 2012 et quels sont vos projets à court terme ? Un clip vidéo, une tournée hors de vos frontières ? La France peut-être ?
Beaucoup de choses se sont concrétisés ces derniers temps. Notre nouvelle album sera distribué partout dans le monde, nous partons en tourné en avril dans l'est du Canada. Le vidéoclip est maintenant disponible sur les ondes de BlankTV, et plusieurs sites de streaming. Une compagnie local « MNTRY » - getmonetary.com - nous a sponsorisé et nous a encouragé financièrement afin d’acheter des bannières pour nos concerts. Nous aimerions tourner constamment, et le plus possible jouer hors de nos frontières, soit aux Etats-Unis, en Europe, ou en Asie. Nous pensons qu'à ce niveau là, il est plutôt question de patience, en espérant que notre musique nous fera voyager aux travers ce monde petit à petit.

J'ai l'habitude de demander une petite exclusivité aux groupes que j'interroge...
Un secret que vous devez nous promettre de ne pas révéler, est la collaboration que nous avons fait sur un des morceaux du nouvel album. Nous allons vous laissez deviner... C'est également un groupe canadien, et leur nom commence par Counter et qui fini par Parts...

Je vous laisse le mot de la fin
Donc, La France, nous espérons vous voir un de ces jours, où nous pourrions tous boire, manger, et discuter ensemble. Notre album sera disponible sur itunes et bandcamp.com pour les gens qui souhaitent du digital. Pour ceux qui seraient plus « physique », ça ce passera chez Amazon.ca dès le 2 Avril ! Merci !

Merci à Pierrick pour Allglorious Canada
Bonne continuation à End Of Crisis.
Page Facebook du groupe.

Interview réalisée par Kevin
Contact : kevin@allglorious.com

Aucun commentaire :