vendredi 6 avril 2012

CHRONIQUE :
KERY JAMES - 92.2012

« Puisque mes textes ont du contenu, je peux les rapper a capella ». Cet extrait du titre « Le retour du rap français », morceau lui-même issu de l’excellent album Réel, prend tout son sens avec cette nouvelle sortie signée Kery James et intitulée 92.2012. En effet, à l’heure ou les maisons de disques n’ont de cesse de nous débiter du Best-Of insipide, histoire de se remplir les poches, Kery James s’est, lui, fendu d’une compilation qui reprend ses meilleurs titres sur un unique socle : synthé-chœurs-voix. Une manière aussi originale que judicieuse de fêter les 20 ans de carrière de celui qui possède l’une des plus belles plumes du rap français, doublée d’un charisme rare...

Je ne vous parlerais pas de la « Lettre à la République », je pense avoir déjà fait le tour de la question. Mais loin d’être du genre à condamner définitivement un Artiste, personne n’est exempt de ce type d’écueil, je ne pouvais faire l’impasse sur cette nouvelle création de l’ex tête pensante des tempétueux Idéal J. Tête pensante ? C’est bien la dénomination adéquate quand on évoque le personnage d’Alix Mathurin, de son véritable nom, tant cet impressionnant lyriciste aura marqué les esprits de ses pamphlets aussi adroits que, souvent, légitimes. Et quand bien même ses positions se durcissent et diffèrent, parfois, des nôtres, on ne peut que s’incliner devant la conscience critique de ce poète de l’ombre. Une aura qui ne l’a jamais lâché, des ses premiers couplets déclamés, gamins, aux premiers salves de la Mafia K’1 Fry. Il n’y a qu’à jeter un œil sur le reportage bonus de ce nouvel objet : « Les 4 visages de Kery James » pour s’imaginer l’impact du personnage. Même en pleine épiphanie et en désaccord avec les esprits les plus radicaux du ghetto, lors de sa conversion à l’Islam par exemple, le rappeur savait et sait imposer le respect.

Je ne m’engagerai pas dans une analyse musicale profonde du disque, comme j’ai l’habitude de le faire, mon angle d’approche est un peu plus « promotionnel » ici. Vous connaissez déjà les titres qui le composent et vous savez mon admiration et mon intérêt pour la plume de Kery James. Un mot sur la réinterprétation des morceaux malgré tout : si je trouve le disque un peu redondant par moments, avec un manque d’orchestration notamment et la présence d’un unique synthé, je reste, malgré ça, on ne peut plus séduit par l’entreprise et redécouvrir des bijoux comme « Banlieusards » ou « L’impasse », ré habillés de la sorte, me donne presque la chair-de-poule. Certains ne vont pas manquer de pointer l’absence de quelques titres plus « Hardcore » de l’Artiste, mais je trouve le tracklisting plutôt compatible avec la démarche. Un petit mot sur Les 4 visages de Kery James, un reportage séduisant sur le fond comme sur la forme. Conduit par l’Artiste lui-même, accompagné d’une multitude d’intervenants, famille, amis, journalistes, Artistes, ce film, à l’inverse d’une multitude de biographies romancées du même registre, tire sa crédibilité et son intérêt de l’objectivité de son introspection. C’est franc, c’est fort et rien n’est éludé, pas même les « conneries » du personnage, ni ses faiblesses. Chaque visage, chaque épiphanie ou passage à vide de ce chanteur aux multiples facettes est restitué avec authenticité.

Une compilation en forme de point virgule donc, puisqu’un autre chapitre commence avec la sortie d’un nouvel album prévu pour 2013. Et il ne fait nul doute que celui-ci s’avancera, comme ses prédécesseurs, le verbe engagé tant l’actualité de notre hexagone porte à ébullition l’encre des Artistes les plus éveillés. « Ne me cherchez pas dans le troupeau, mon rap est un leader » : Kery James, qui, pendant 20 ans, s’est acharné à prêter sa voix et ses mains à l’édifice d’un rap français lettré et conscient, signe avec ce 92.2012, un objet, que dis-je... Un pan d’Histoire, qu’il est presque inconcevable de ne pas posséder. Brillant !

A lire également : Ma lettre à Kery James.
Chronique proposée par Kevin
Contact : kevin@allglorious.com

Aucun commentaire :