lundi 23 avril 2012

CHRONIQUE :
SNOOP DOGG - STONER'S EP

L'inénarrable Snoop Dogg fait incontestablement partie des ces artistes privilégiés qui bénéficient d'une carte blanche en matière de critique et de création musicale. Le rappeur californien, aussi talentueux que fantasque, s’est à peu près mesuré à tous les registres. L’électro avec David Guetta, la Pop Music avec Katy Perry… Sans le souci d’écorner son image et sans égards pour une quelconque retombée médiatique contrariante. Et pour cause, l’Artiste, que j’adule depuis mes grosses années Westcoast au collège, bénéficie d'une clémence sans pareil. Vous savez, c'est un peu comme ces bellâtres qui peuvent porter n’importe quels vêtements… Les mecs assurent et assument tellement, qu’ils seraient admirés s’ils s’habillaient avec un sac poubelle ! Pour Snoop Dogg, c’est sensiblement la même chose, le rappeur respire tellement la sérénité que, quoi qu’il entreprenne, le Ridicule y réfléchira à deux fois avant de frapper à sa porte. Et c’est avec cette confiance de fer que l’Artiste, en guise d’apéritif avant la sortie de son nouvel album, nous offre son Stoner’s EP, un maxi 10 titres dédié à son amour pour la Weed...

Tous les 20 Avril, les américains fêtent l’herbe. Je ne rentrerais pas dans les détails, Wikipédia le fait très bien. Le Charismatique rappeur ne pouvait donc rester impassible face à un tel « évènement ». Sur ces 10 pièces qui composent l’objet, seul deux morceaux ont retenu ma sympathie sinon mon attention. L’excellent « Breath it in », qui me rappelle un peu les sons issus de la bande originale du film The Wash, et « Can you take me » en feat avec les Hustle Boyz. Le premier, produit par Snoop Dogg himself, bénéficie d’une prod soignée entre nappes à l’ancienne et sonorités plus moderne. Son refrain se mue en véritable gimmick et montre que l’investissement de Snoop, parfois, donne des résultats. Un titre qui fait un peu figure d’Omni dans cet opus - objet musical non identifié. Le second installe une véritable ambiance très 90’s avec ses basses lourdes et son refrain efficace.

Le reste de l’opus est un enchevêtrement de titres hip hop laidback, à l’ancienne, que n’aurait pas renié le regretté Nate Dogg, à l’image de « Show you how a gangsta do » et ses faux airs d’un titre des Chi-Lites ou de Marvin Gaye, et de morceaux déjà entendus comme « Week end Love » de Chris Starr. Intérêt contestable donc. Certaines compos comme « Stoner’s Anthem » ou « Make it hot » en feat avec Dogg Pound, bénéficient d’un socle intéressant mais ne vont jamais au bout de leurs intentions. Le premier n’a rien de transcendant et agace même, avec son final « publicitaire » qui balance impunément sa promo pour le film Mac And Devine avec Wiz Khalifa. Je peine à trouver les adjectifs adéquat pour qualifier cette maladresse. En parlant de Wiz, je suis surpris de constater que le MC de Pittsburgh ne prête pas sa voix à cette entreprise. Non mais sérieusement… Vous imaginez, vous, votre artiste favori balancer à la fin de son single : « Achetez les nouveaux t-shirts du groupe, ils sont en ligne pour la modique somme de… » tandis que la musique continue ? Une attitude de mercenaire complètement surréaliste et contre-productive. La drogue c’est mal… Il serait temps que le rap descende de son nuage.

Le constat est sans appel : je suis passé complètement à côté de ce disque dont l’intérêt est, à mon sens, plus que discutable. J’ai beau avoir toujours abhorré cette ode à la weed ou à quelque drogue que ce soit, je me suis, malgré tout, épris de ce côté laidback et gangsta qu’offre le rap Westcoast, et ce depuis très jeune. Mais cette fois, et sur ce Stoner’s EP, j’en condamne le message comme la musique. Snoop Dogg n’a jamais levé le pied musicalement parlant, mais devrait peut-être songé à raccrocher le micro. Hormis un ou deux titres, ce disque est un objet relativement inefficace sur le fond comme sur la forme, et relai le rappeur au rang de simple dealer. L’Artiste n’est plus, seule reste la célébrité. Très décevant.

Lire également : Nicki Minaj - Pink Friday Roman Reloaded.
Chronique proposée par Kevin
Contact : kevin@allglorious.com

Aucun commentaire :