mercredi 8 juin 2011

INTERVIEW :
ENTRETIEN AVEC SPARK GAP

Le nouvel album de Spark Gap « The Boys From Alaska » n’est plus qu’à une poignée de semaines de sa sortie, le 27 juin plus précisément. Après avoir chroniqué l’opus dans ces mêmes pages, je vous propose une petite série de questions-réponses réalisée avec les gars histoire d’en savoir un peu plus sur cet évènement ainsi que sur le concert à venir avec Sum41 le 13 Juillet 2011. Avec enthousiasme et application, Spark Gap revient sur son amour de la scène, sur la date avec Sum, sur la sortie de son opus et, plus généralement, sur le disque et le rock en 2011. Un apéritif dont on n’aurait tort de se priver que l’on soit fan de la formation ou tout simplement passionné.

Votre album sort le 27 Juin, j’imagine que l’impatience vous gagne…
Tu m'étonnes ! Ca fait un bon moment maintenant que nous travaillons dessus, et la mise en place de la sortie a été plus que fastidieuse, dotant plus que nous avons eu un nouveau batteur ! Il a fallut reconstruire une cohésion, ce qui nous a donné un bon paquet de travail !

Avez-vous une appréhension particulière liée à votre retour par exemple ou à la crise économique qui secoue l’univers du disque en ce moment ? Ou avancez-vous sans pression ?
Non pas plus que ça ! Car on sait que le disque ne se vend plus ! On espère que ce disque permettra surtout de motiver les gens à venir nous voir en concert car la scène est en plein essor ! C'est vraiment pour ça que le groupe vit ! Faire du live !

Ce disque s’intitule « The Boys From Alaska ». Pouvez-vous nous parler un peu de cette thématique plutôt « froide » ?
Le titre de l'album fait référence à la grande période de froid dont nous sortons après la mort Colin, l'ancien batteur du groupe. Aux premiers abords, la pochette paraît sympa mais est, en fait, une métaphore. Il y a quelque chose de beaucoup plus profond et vécu derrière cette pochette.

Malgré un disque assez homogène, il est plutôt difficile de « classer » votre groupe tant vos influences sont nombreuses. En termes de succès, pensez-vous qu’il est préférable de voler au dessus des étiquettes ou au contraire pensez-vous que cela puisse représenter un danger ?
Rechercher l'inattendu dans la musique ne peut nous être que bénéfique. Nous avons pendant longtemps été étiqueté « Punk rock à roulettes ». Sur cet album on a donc cherché quelque chose de nouveau et original pour nous sans pour autant oublier d'où l'on vient !

Vous allez jouer en première partie de Sum41 le 13 Juillet prochain. Un concert de ce type se prépare t-il différemment d’un show « standard » ?
Oui ! On a peu de temps pour convaincre un public qui est là surtout pour Sum41 ! Il va falloir faire fort, efficace et convaincant en peu temps mais c'est un super chalenge pour nous car ouvrir pour Sum est plus qu'un honneur !

Quels sont vos projets pour la sortie de l’album ? Je suppose que vous allez prendre la route pour promouvoir « The Boys From Alaska »…
On ne connait pas encore tout les détails, mais nous allons évidement bouger au maximum pour faire découvrir cet album en live pendant toute la prochaine saison!

Vous vous caractérisez par un jeu de scène plutôt maîtrisé et très énergique, une recette pour envoyer autant de bois en concert ?
C'est beaucoup de travail en amont, un bon échauffement avant de monter sur scène, et une envie meurtrière de conquérir un public avec le sourire jusqu'aux oreilles ! Bref avoir envie que le public s’éclate !


A l’époque de vos premiers concerts, les groupes du Val d’Oise et de ses environs se voyaient souvent affublés du statut de « petits frères de la team nowhere ». En 2011 pensez-vous que la création d’un collectif de groupes, comme l’était la T.N, soit encore possible ?
Oui, carrément ! Ça demanderait l'investissement de beaucoup de monde qui évolue dans la même scène, mais on pense vraiment que c'est possible ! Si ca se fait, il faut qu'on y soit !

Le rock français, à l’image du hip-hop, souffre souvent de la comparaison avec ses homologues américains et britanniques et les journalistes n’ont de cesse de le souligner. Cette réticence vis-à-vis des musiciens de l’hexagone, l’avez-vous déjà ressentie en tant que groupe, via les critiques ou les papiers qui vous ont été consacrés par le passé ?
Oh que oui ! Le nombre de fois où on nous a dit que nous voulions « faire les californien »s ne se compte plus ! Le truc c'est de réussir à convaincre que même les français peuvent envoyer du bois !

Quels sont vos disques de chevets en ce moment ? Avez-vous eu quelques coups de cœurs musicalement ces dernières semaines ?
« Wasting Lights » des Foo Fighters et « We are the royal » des Royal Republic! C'est vraiment les 2 artistes qui nous tous bluffé ces derniers temps !

Je vous laisse le mot de la fin.
L'album sort le 27/06 ! Le concert du 13/07 avec Sum41 va être énorme ! Be Ready...

Merci aux amis de Spark Gap

Interview proposée par Kevin
Contact : kevin@allglorious.com

1 commentaire :

Anonyme a dit…

http://www.theboysfromalaska.com