mercredi 13 janvier 2010

TRIBES - WHEN EVERYTHING COLL...

Tribes est un jeune groupe venu du nord de la France, plus précisément de Lille. Les 5 garçons distillent un métalcore tendance influencé par les voisins britanniques de Architects ou The Eyes of a Traitor. Leur dernier EP When Everything Collapses est disponible depuis fin 2009 en téléchargement gratuit sur Internet. Une belle initiative qui se doit d'être saluée et qui devrait leur permettre de faire passer le mot. Au menu : un disque concept 6 titres narrant l'avènement d'un monstre marin échappé de la mythologie d'HP Lovecraft - amis de la littérature fantastique comme moi, l'idée devrait vous séduire - et venu semer le chaos dans une société déjà ravagée par ses propres démons. Un décor apocalyptique qui nous permet de mieux aborder l'écoute de cet EP. Voici donc ce qu'il faut retenir - ou pas - de ce When Everything Collapses.

Les plus : Le thème emprunté à la mythologie lovecraftienne, en l'occurence le réveil de Cthulhu, créature fictive à tête de pieuvre qui n'est pas sans rappeler le mythique Kraken. Le concept permet de donner une certaine cohérence au disque, il l'encadre et oriente notre ecoute. A signaler : « Anginia » et ses nappes très néométal - Deftones est d'ailleurs cité par le combo parmi ses influences - plus accessible, plus calme et tout en nuance avec une intro délicatement grattée. Le chant clair en fin de titre lui donne une certaine profondeur et encore plus d'intensité. Les passages plus calmes restent quand même plutôt timides et le groupe y gagnerait certainement à forcer la mélodie. « Awaking the Giant » est également un bon titre. D'entrée, l'ambiance est installée par ce riff aiguisé très Children Of Bodom. Le morceau se révèle plus atmosphérique et plus rafraîchissant. La fin de « Awaking The Giant » conclut avec panache cette histoire par ses orchestrations - violons, piano - et son chant clair. N'oublions pas de préciser que ce When Everything Collapses bénéficie d'une intro dense, presque symphonique très intéressante. Un piano résigné laisse sa place à un son plus métal qui met en place le film de l'album.

Les moins : Tous les clichés du deathcore sont ici réunis mais également tous ses inconvéniants. Après quelques minutes s'installe une certaine monotonie malgré le découpage du disque en 6 étapes bien différentes. Le groupe aurait peut-être dû insister sur les parties chantées qui font preuve d'un manque d'assurance certain. « The Rise » ou « The Crimson » manquent un peu de personnalités : abandonce de chant growl, scandés punk et double pédale. La recette habituelle. « Redemption » est plus rythmée et plus catchy mais manque également d'une petite touche personnelle. Malgré tout, on sent l'envie du groupe de se lâcher et d'explorer d'autres sentiers que ceux qu'ils empruntent actuellement.

Tribes manque encore de maturité et de personnalité. Rien de très grave compte tenu de la moyenne d'âge du groupe et de sa très jeune carrière pour le moment. L'ensemble du EP est aisément perfectible et ne s'écarte guère des clichés relatifs aux genres métalcore / deathcore. Malgré tout, la formation possède une belle marge de progression. En effet, When everything collapses se révèle être un disque cohérent et maîtrisé. A l'inverse de bon nombre de formations deathcore, Tribes adopte un positionnement plus FM - rien de péjoratif à cela - plus accessible et surtout plus rafraîchissant. « Anginia », par exemple, se démarque par son accent très néométal et « Awaking The Giant » par ses orchestrations, son chant clair et ses passages atmosphériques. Je ne suis certainement pas en position de donner des conseils, mais si la formation pouvait s'émanciper un peu des codes utilisés par ses aînés, ajouter un peu d'intensité à ses mélodies et soigner un peu plus le chant, elle pourrait réhausser un peu plus ses ambitions. La volonté et là, le talent aussi, Tribes devrait pouvoir très vite passer à la vitesse supérieure. A suivre de très près.

http://www.myspace.com/tribes59

2 commentaires :

Kevin a dit…

N'oubliez pas de résoudre le captcha pour valider vos commentaires !

Anonyme a dit…

Bonne chronique, qui donne encore plus envie d'écouter ce cd !